Dans Dégustations/ Thé wulong

Bai Hao de Lu Shan

Aujourd’hui, j’ai décidé de vous présenter un thé que je connais depuis bien des années. Il a fait partie de nos thés préférés à moi et à mon conjoint pendant de longues années. Mais pour des raisons économiques, nous avions cessé de l’acheter ; son prix étant devenu trop élevé. Néanmoins, j’ai pu commenter le Bai Hao Jingmai, une version chinoise tout aussi intéressante.

Mais récemment, Christelle (Hecate Lomewen) m’a gâté en m’envoyant un sac du Bai Hao de Lu Shan, ce wulong taiwanais assez particulier. En effet, lorsque la feuille est mangée par un insecte l’été, cela produit une réaction chimique et donne ce goût sucré à ce thé. Enfin, son nom signifie « beauté orientale ». Et maintenant, passons à la dégustation.

La dégustation

En ouvrant le sac, je sens un peu l’oxydation, le bois brûlé et les noix. Il y a aussi une petite touche de muscat, mais c’est très délicat. À la vue, les feuilles présentent des colorations allant du marron vers le noir. Elles sont torsadées et de longueur moyennes.

Détails d’infusion
instruments : théière (150 ml)
eau : 90°C
quantité : 3 grammes
temps : 3 minutes, 3 minutes, 4 minutes
technique : moderne

Première infusion

Après l’infusion, il y a des arômes de noix, de muscat, de bois brûlé et de miel dans ma théière. C’est assez similaire dans le pichet, sauf que je ne sens pas les noix. La liqueur est orangée ; tandis que les feuilles, devenues brunâtres, sont en partie déroulées. Au goût, il y a une petite amertume, mais j’arrive à détecter le muscat et le miel. Par la suite, les épices apparaissent (surtout la cannelle) avec un arrière-goût floral. Enfin, il y a une bonne longueur en bouche.

Deuxième infusion

Alors, avec celle-ci, dans ma théière, il y a des odeurs à la fois boisées, et à la fois florales. Le muscat et le miel sont encore présents, mais il y a également celle des épices (cannelle). Dans le pichet, je sens plutôt des arômes doux de miel. La liqueur est devenue ambrée, et les feuilles sont toutes déroulées. Au goût, l’amertume est moins présente, et fait place à une texture ronde. Je remarque des saveurs boisées, sucrées (miel) et un peu florales. Les épices sont assez discrètes. Puis, l’arrière-goût est fruité.

Troisième infusion

Les arômes ne changent pas dans ma théière par rapport à la seconde infusion. Cependant, c’est assez délicat dans le pichet ; je dirais plutôt que c’est sucré. La liqueur et l’apparence des feuilles ne changent pas. Et quant au goût, c’est assez fade. On dirait de l’eau sucrée et florale.

Finalement…

Comme je l’ai mentionné plus haut, ce n’était pas la première fois que je dégustais un Bai Hao. Et j’ai bien reconnu les arômes et saveurs de ce thé typique : des notes boisées, de muscat et de miel avec une touche d’épices sucrées. Un thé un peu corsé, mais qui s’adoucit dès la seconde infusion pour devenir ronde en bouche. Christelle connaît bien mes goûts, et elle sait que j’aime bien les thés sucrés. Celui-ci en est un bel exemple. Bref, c’est un thé qui se boit bien, et en tout temps.

Note
3,5/5

Vous pourriez aimer aussi