Dans Dégustations/ Thé wulong

Qi Lan Wuyi de Camellia Sinensis

Aujourd’hui, je vous présente un thé qui est assez bien connu lorsque l’on parle de ces thés de montagnes en Chine. Je me suis laissé inspiré par la température du moment (un jour de neige de vent) pour le déguster, et je me suis dit que cela allait être une bonne occasion pour en faire un article. Alors, j’ai pris des notes et, maintenant, je vous le partage dès à présent.

Il s’agit du Qi Lan Wuyi de Camellia Sinensis. C’est un wulong de Chine et il provient de la montagne Wuyi dans la région du Fujian. Son nom en français signifie « orchidée rare ». Et selon mes recherches, ce wulong serait le moins oxydé avec une torréfaction qui est légère par rapport aux autres oolongs Wuyi comme le Da Hong Pao.

La dégustation

En ouvrant le sac, il y a une odeur minérale, boisée et de noix. À la vue, les feuilles sont longues et torsadées. Je remarque aussi que les feuilles ne sont pas entièrement oxydées (comme un thé noir), car il y a des teintes brunâtres qui sont plus pâles.

Détails d’infusion

instruments : gaiwan (120 ml)
eau : 95 °C
quantité : 4,8 grammes
temps : 30 secondes ; 20 secondes ; 30 secondes ; 1 minute
technique : gongfu cha

Première infusion

Je sens dans mon gaiwan une odeur minérale, sucrée (caramel), boisée et de fruits cuits. C’est un peu différent dans mon pichet où les arômes sont plus doux avec une touche minérale et boisée. La liqueur est ambrée, alors que les feuilles sont en partie déroulées et elles sont noires en apparence. Au goût, il y a des notes boisées et minérales dès la première gorgée. Ensuite, il y a le caramel avec un arrière-goût très subtil de fleurs. C’est un peu amer également. La texture est légèrement veloutée et il y a une bonne longueur en bouche.

Deuxième infusion

L’odeur dans mon gaiwan ne change pas réellement, mais je perçois maintenant une touche caramélisée. C’est un peu la même chose dans mon pichet. La liqueur ne change pas pour le reste de la dégustation ; alors que les feuilles sont toutes déroulées. Au goût, dès la première gorgée, c’est moins minéral, mais la saveur boisée est toujours présente avec une touche sucrée sur la langue. L’arrière-goût de fleurs est un peu plus existant, mais je sens que c’est encore délicat. La texture est veloutée et il y a toujours une bonne longueur en bouche.

Troisième infusion

Les arômes qui se dégagent de mon gaiwan sont les mêmes qu’à la seconde infusion, tandis que dans mon pichet, c’est devenu délicat. Néanmoins, je sens un peu le caramel et des arômes minéraux. Au goût, c’est plutôt sucré et amer. Les notes minérales et boisées sont moins présentes. La texture n’est plus aussi veloutée. Par contre, l’arrière-goût floral est plus évident à reconnaître qu’à la deuxième infusion.

Quatrième infusion

Ce sont des arômes sucrés et boisés que je sens dans mon gaiwan, alors que c’est plutôt sucré dans mon pichet. Au goût, ce sont les notes minérales qui ressortent. Néanmoins, c’est devenu fade.

Finalement…

C’est un thé qui est en partie stable, mais intéressant à déguster. Il est un peu amer, mais ce n’est pas assez pour venir tout cacher les saveurs de ce thé. Il a un goût à la fois minéral, un peu fruité et boisé, avec une touche sucrée de caramel. Puis, j’ai plutôt perçu les notes florales en arrière-goût. Cependant, la finale est minérale, ce qui est décevant à mon avis, car j’aurais voulu qu’il soit sucré comme je le goûtais bien à la troisième infusion. Néanmoins, j’ai apprécié cette dégustation pour ses notes boisées et sucrées. Mais, je serais bien curieuse de le réessayer en théière.

Note
3/5

Vous pourriez aimer aussi